Mischief Managed.
Bienvenue sur Turn On The Light ! Deviens l'un de nos membres et viens écrire la suite de l'histoire du monde magique. Elèves, professeurs, membres du personnel ? Vous trouverez toujours une place faite pour vous parmi nous. ♥
LE CONTEXTELE RÈGLEMENTCREER SA FICHENOS PREDEFINISPARTENARIATDES QUESTIONS ?
A savoir
# Le forum a ouvert ses portes le 08/04/2016.
# © Le codage du forum est l'oeuvre de Okhmhaka, sur Never-Utopia.
# © Le design graphique est l'oeuvre de la fondatrice, Nova.
Votez pour nous !
Contexte
[Le début...] Ce mois de Septembre, déjà bien froid pour cette époque de l'année, annonçait aussi la rentrée scolaire, au grand damne des moldus, au plus grand plaisir des sorciers. La reconstruction de Poudlard dura quelques temps, mais la volonté de Minerva fut sans faille. Si bien que les élèves en dernières années ont pu passés leur diplôme pour ceux qui le souhaitaient. Aujourd'hui, une nouvelle rentée dans cet immense château s'effectuera. Le trajet à bord du Poudlard Express sera empli de choco-grenouilles, de dragées surprises de Bertie Crochue, de patacitrouilles, et autres confiseries invraisemblables. À l'arrivée sur le quai de la gare, les élèves seront accueillis pas un énorme barbu ressemblant à un ours mielleux. Puis, en grimpant les quelques marches qui les sépareront de la Grande Salle, ils feront la connaissance d'une femme-chat, et un mystérieux chapeau qui scellera leur sort durant les sept années qu'ils passeront dans l'enceinte de ce château. Et vous, quelle sera votre histoire ?
Evénements
Le forum réouvre ses portes avec un nouveau design. N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez sur la shoutbox, à votre droite. Des bisous. ♥
TURN ON THE LIGHT
hogwarts is home


Partagez | 
 

 Un chocolat chaud, s'il vous plaît ! - Trois-Balais [PV : Gwen. Rosebury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 22
avatar
Un chocolat chaud, s'il vous plaît !
La vie à Poudlard est agréable. Cependant, on a très rapidement fait le tour. Au bout de sept années passées dans cette forteresse, presque plus aucun endroit à de secret pour vous -du moins, les endroits qui vous sont possibles à visiter-. C'est pour cette raison que les quelques sorties organisées à Pré-au-Lard au cours de l'année ont toujours suscitées beaucoup d'engouement auprès des élèves. Et ce, quelles que soient leur années. Bien sûr, la ville peut rapidement devenir lassante, elle est petite et on a rapidement fait le tour. Le seul endroit qui titillait toujours les curiosités étaient sans conteste la maison abandonnée à l'allure sinistre. Cette demeure, dite « hanté » fascinait toujours les jeunes sorciers. Milo était également tombé dans cette période durant ses deux premières années à Poudlard. Son frère et sa sœur lui avait conté pas mal d'histoire sur cette maison pour s'amuser à l'effrayer. Ils parlaient de monstres rodant aux alentours, de vampires ou de loups-garous dont les proies favorites étaient les jeunes nouveaux sorciers. Alors, bien sûr Milo en avait été intrigué – terrifié aussi – et ses premières visites furent sur le plan émotionnel, plutôt chaotiques. Toujours plongé entre fascination et dégoût, peur et courage. Mais jamais il ne s'en était approché. Il se contentait de regarder de loin et appris plus tard que ces rumeurs n'étaient qu'inventions de ses aînées. Il aurait dû s'en douter. Ne jamais leur faire confiance à ces guignols. Il leur en a beaucoup voulu pendant un temps.
Mais c'était de l'histoire ancienne et il n'était pas venu pour cela. Non, il a fait une longue liste des choses à faire – toujours faire une liste – et traîner devant la maison hantée en repensant au passé n'y était pas. Par contre, il avait pas mal d'achat à accomplir et il fallait se mettre en route.

Sa première destination était le magasin de plumes : Scribenpenne. Première nécessité chez un élève ; des parchemins et évidemment quelques plumes. Primordiale pour réussir l'année et bien qu'il n'en était pas forcément à cour, il est mieux d'en avoir en rab. De toute manière, ce n'est jamais perdu entre les différents cours, les nombreuses lettres ou simplement lorsque l'inspiration nous vient. Milo n'était pas un très grand écrivain, mais il lui arrivait de très nombreuses fois de gribouiller. Parfois des choses incompréhensibles, parfois des objets ou encore les portraits de ses camarades ou professeurs sur lesquels il s'amuse à noter chaque trait de personnalité de chacun. Une sorte d'encyclopédie, de wiki personnel qui demande forcément un matériel conséquent. Mais chaque chose à un prix et bien que Milo ne manque pas particulièrement d'argent, il a toujours tendance à acheter le moins chère afin d'économiser au plus.
Après l'achat de ses fournitures, il était temps de poursuivre son trajet jusqu'à Honeydukes. Pour le coup, ce n'était pas réellement nécessaire, mais il fallait se faire de plaisir de temps en temps. Et quoi de mieux que des friandises pour ça. Il opta pour des nougats moelleux, quelques caramels dorés et bien sûr, du chocolat. Incontournable pendant les sessions de révisions – et en dehors des révisions également. Et c'est tout ce qu'il prit avant de se rendre compte qu'il était encore bien tôt. Pourtant, il avait fait tout ce qu'il avait à faire. Il ne lui restait qu'à perdre du temps inutilement. Et quoi de mieux qu'un pub pour perdre du temps.

Milo se dirigea alors vers les Trois-Balais. Il poussa la porte et se faufila discrètement le long du mur jusqu'à atteindre une table vide, au loin après avoir commandé un simple chocolat-chaud. Une fois installé, il sortit de son long manteau un petit livre de poche. Milo fit rapidement abstraction des bavardages qui l'entouraient – le boucan habituel de cet endroit – et commença à lire, s'arrêtant quelques-fois afin d'apprécier son breuvage. Au fur et à mesure que les minutes passaient, le pub se remplissait peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
J'adorais les sorties à Pré-au-Lard. Je n'étais jamais restée à Poudlard durant une sortie, hors de question! Même si j'avais eut le temps de faire le tour du village et de visiter tous les magasins de fond en combles, j'étais ravie à chaque fois : c'était une escapade bienvenue hors des couloirs de l'école.

J'avais une façon très particulière d'organiser ma journée, et elle me convenait parfaitement, même si beaucoup de gens estimaient que ce n'était pas la bonne : détente, corvées, détente. Ainsi, mon premier arrêt était toujours Honeydukes. Compte tenu de ma famille, pourvu que je m'y prenne à temps, je n'avais pas de contraintes de budget. Enfin, techniquement si mais si je restais à peu près raisonnable je n'avais pas à m'en soucier. L'idée était donc de commencer avec une petite provision pour grignoter au fur et à mesure de la journée.

La deuxième étape, c'était de flâner dans les boutiques. Parfois j'achetais quelques babioles : un joli collier, une nouvelle paire de bas, … Venait ensuite le moment de refaire le plein de fournitures : encre, parchemins, plumes pas en sucre, … J'avais d'ailleurs dû racheter tout un stock, ainsi qu'un encrier et un nouveau sac pour cause d'accident à l'encre magique. Une encre enchantée pour être indélébile avait paru être une bonne idée, jusqu'à ce qu'elle se répande après que mon sac aie dégringolé la moitié d'un escalier pour cause de lanière déchirée.

Autant dire que je n'étais pas ravie d'avoir sur mon épaule un sac lourd comme un Scroutt à pétard mort, même flambant neuf. Mes chocoballes en avaient pris un sacré coup, et je décidais de m'arrêter aux Trois Balais. D'ordinaire j'y allais plus tard, lorsqu'il était moins bondé, mais j'avais vraiment envie de m'asseoir et d'un bon chocolat chaud.

A peine entrée, je reconnus des camarades qui me firent signe de m'approcher. J'y allais de bon cœur, et acceptais lorsqu'elles me proposèrent de venir m'asseoir avec elles. Néanmoins, comme elles avaient déjà été servies, je décidais d'aller chercher ma boisson au bar avant de m'installer. Sachant que si mon sac bougeait de mon épaule c'était pour finir à terre, je le laissais en place pour avoir facilement accès à ma bourse qui ne manquerait pas de finir toooooooout dans le fond si le fragile équilibre qui maintenant tout mon barda rangé était rompu. Erreur fatale. Le temps d'obtenir ma consommation et de la régler, elles avaient invité quelqu'un d'autre qui n'avait pas commis cette erreur. Plus de place à leur table, donc. Ca ne faisait rien, j'avais repéré une table vide en entrant. C'est lorsque je me tournais dans sa direction que je me rendis compte qu'elle était maintenant occupée par un couple très… occupé. Impossible de m'y installer.

En jetant un coup d'œil aux alentours, je remarquais un jeune homme seul à une table prévue pour quatre, mais dont deux chaises avaient été réquisitionnées pour agrandir une tablée un peu plus loin. Sauf que le jeune homme, un Serpentard si je ne me trompais pas, lisait. Tant pis pour les bonnes manières, j'avais VRAIMENT envie de poser mes fesses sur une surface plane.

"Excusez-moi?"

Lançais-je, poliment, attendant qu'il lève le nez de son ouvrage avant de continuer.

"Navrée de troubler votre lecture, mais puis-je m'installer sur cette chaise ou attendez-vous quelqu'un?"

Aussitôt que l'autorisation de m'asseoir me fut donnée, je posais ma chope sur la table et me laissais tomber de façon bien peu élégante. Je laissais mon sac choir au sol et me massais l'épaule en plissant le nez. Il faudrait soit que je le fasse garder quelque part, soit que je le change régulièrement de côté si je ne voulais pas finir avec un bleu. Farfouillant dans mon sac, je sortis un sachet de biscuits à la cannelle pour accompagner mon chocolat.

"Vous en voulez?"

Proposais-je donc, avec toute la sincérité du monde. Après tout, quitte à l'avoir dérangé, autant lui proposer de partager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 22
avatar
Un chocolat chaud, s'il vous plaît !
Le livre était loin d'être fascinant alors Milo le lisait d'un œil distrait. Parfois, il lui arrivait de lire deux fois la même ligne sans pour autant la retenir et à d'autre moment il sautait de long passage de description qu'il jugeait sans intérêt. C'était une réelle déception. Et dire qu'il l'avait trouvé dans la bibliothèque de ses parents, à croire qu'ils n'avaient vraiment aucun goût. De toute façon, le concept même d'une autobiographie était de mauvais goût pour Milo ; rien ne valait les romans d'aventures ou policiers avec une bonne intrigue, de l'action et des personnages attachants – ou pas d’ailleurs.
Il soupira longuement, peut-être pour l'énième fois depuis qu'il s'était installé à cette table. En levant les yeux – mouvement qu'il reproduisait systématiquement après chaque virgule – il guettait les gens entrer et/ou sortir du pub. Mais surtout entrer. En peu de temps, les propriétaires furent débordés par manque de place, de temps et de table. Milo avait perdu deux chaises à sa table, lorsqu'un petit groupe de sorciers était venu fêter un anniversaire ou un mariage... Il ne s'en souvenait plus trop. A vrai dire, un des hommes était venus lui demander s'il était possible de les prendre en lui expliquant le pourquoi du comment. Autant dire que Milo s'était juste contenté de hocher la tête en poussant quelques brefs « Oui, oui, allez-y. » afin qu'il le laisse enfin seul : il s'en fichait pas mal. Heureusement l'autre ne prêta pas attention à son comportement et s'en était allé fêter ce qu'il avait à fêter.

Après cela, il fut tranquille pendant un bon moment. Il en profita pour reprendre sa lecture , bien qu'ennuyante, avec la ferme intention d'en finir. Au moins pour ne pas avoir à le faire un autre jour. Certes, il aurait très bien pu laisser ce livre de côté et ne plus jamais y toucher, mais il n'aurait jamais eu la satisfaction d'avoir fini un livre aussi mauvais. Pourtant, c'était tellement difficile : à chaque ouverture de porte il leva la tête et observait les nouveaux-venus dans le bar. Tous les moyens semblaient être bons pour se séparer de sa lecture. Manque de bol, aucune occasion ne s'offrit à lui.
A un nouveau coup de vent dû à l'ouverture de la porte, Milo leva brusquement la tête, tel un suricate. Il reconnut alors un visage qu'il avait déjà vu. Avec une chevelure aussi originale, aucune chance qu'on la rate en même temps. Il se souvint alors avoir gribouiller quelque chose à propos d'elle dans son fameux « wiki ». En essayant de réorganiser sa mémoire, il lui semblait retrouver quelques détails qu'il avait notées sur elle... Brusquement, il se voyait des années en arrières, l'observant avec méfiance pendant qu'elle-même semblait espionner certains élèves de Serpentard. Louche, voilà ce qu'il avait écrit sur elle. Bien sûr, il ne lui avait jamais parlé en face à face, alors il ne pouvait pas avancer des propos pareils de manière officielle. Mais il était prudent et avait suivi tous ses déplacements, d'une table où on l'invita au comptoir où elle alla commander une boisson.

Milo reprit rapidement ses esprits. Mais qu'était-il en train de faire ? C'était lui qui était louche désormais à suivre quelqu'un aussi intensément du regard. Il se saisit à nouveau de son livre et cacha son visage dans ce dernier, pendant qu'il se laissa glisser maladroitement sur la chaise. Il laissa alors ses yeux balayer une page illustrée – sans doute la meilleure page de ce livre – quand soudain, une voix semblait l'interpeller. Il leva légèrement les yeux vers la personne et- horreur ! Avait-il été repérer ? Cela ne l'étonnait pas, il avait manqué de discrétion pour le coup. Il resta calme. Tout n'était pas perdu, il aurait pu simplement inventer une histoire pour se sortir de ce pétrin. Ou non. Il n'avait même pas à se justifier. Il avait de quoi se méfier d'elle.

« Non, non c'est bon, je n'attends personne. »

Et elle s'installa le plus naturellement possible. Peut-être avait-il encore une fois sauté aux conclusions hâtives. Peut-être n'avait-il jamais été repéré. Mais alors pourquoi n'était-elle pas aller s'asseoir avec les autres ? Il regarda alors à sa droite, à la table qui l'avait invité plus tôt pour se rendre compte qu'une autre personne semblait avoir pris place. Oh. Il se sentait tout à coup très stupide. Milo respira un bon coup, comme libéré d'un fardeau avant de faire à nouveau attention à la personne qui se trouvait désormais face à lui. Il haussa légèrement les sourcils en la voyant si formelle alors qu'il avait sans doute plus ou moins le même âge.

« Tu peux me tutoyer tu sais. Enfin... Ce serait avec plaisir. Merci. »

Il ferma alors son livre, produisant un claquement satisfaisant avant de le ranger là où il n'aurait jamais dû sortir : sa poche de manteau. Il vint ensuite se servir timidement dans le sachet et croqua rapidement dedans, comme s'il s'attendait à ce qu'on le lui reprenne. Mais heureusement, rien ne se passa. Il reprit alors confiance, alors qu'il termina le biscuit qu'il avait en bouche.

« Tu ne le prends pas mal d'avoir été remplacé par quelqu'un d'autre par tes copines ? Je veux dire, elles t'ont quand même invitée en premier, je trouve ça assez déplacé de demander à quelqu'un d'autre après. »

Il avait dit ce qu'il pensait sans vraiment s'en rendre compte. Il voulait simplement faire la conversation et éviter plus que tout de retourner à sa lecture. Pourtant, il était assez mauvais dans toutes interactions sociales, dû à son honnêteté et à son légendaire manque de tact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
Lorsque le jeune homme dont je ne me rappelais pas du nom, bien que son visage me soit familier, me signala que je pouvais le tutoyer, je mis un instant à comprendre. En effet, jusque là, je ne m'étais pas rendue compte que j'avais repris mes habitudes un peu trop guindées pour la plupart des élèves. Lorsque le déclic se fit, je n'avais pas terminé mon biscuit aussi me contentais-je de hocher la tête en signe d'assentiment. Je pris une gorgée de chocolat, tandis que je l'observais grignoter son biscuit comme si celui-ci était ensorcelé.

Ayant cru remarquer une légère hésitation au moment où le Serpentard avait plongé sa main dans le sachet, je l'inclinais pour faire tomber quelques biscuits entre nous deux. Ainsi, il se sentirait probablement plus à l'aise avec le fait de se servir.

"Oh, ça s'est vu tant que ça?"

Demandais-je, un peu gênée, lorsqu'il parla du fait que je m'étais retrouvée sans nulle part où m'asseoir pour cause de chaise déjà occupée. Je jetais un coup d'œil à la table, et constatais avec une pointe de jalousie qu'ils discutaient de façon animée et joyeuse.

"Eh bien… Pour être franche, je n'apprécie vraiment pas. Il est vrai que c'est d'une impolitesse stupéfiante, mais j'ai appris que dans ce genre de situation, il n'est pas judicieux de le faire remarquer immédiatement."

Je fis une pause quelques instants, le temps de prendre une gorgée de mon chocolat chaud, avant de continuer mon explication.

"Une intervention de ma part n'aurait rien arrangé. Ils se seraient probablement sentis obligés de demander à quelqu'un de partir afin de me céder la place qui m'avait été proposée. Hors, cela aurait inévitablement eut des effets négatifs sur l'ambiance de la tablée, réduisant d'autant l'intérêt de m'y trouver. C'est pour cela qu'il vaut mieux en parler posément une fois rentrés au château, lorsque je pourrais expliquer mon sentiment sans pour autant compromettre quoique ce soit. De plus… ils ont vraiment l'air de bien s'amuser, j'aurais des remords si je les interrompais."

Je me saisis d'un nouveau biscuit et croquais dedans, tandis que je détaillais le visage de mon interlocuteur. Je le connaissais, je lui avais déjà parlé, j'en étais sûre et certaine. Déposant ma sucrerie devant moi, je savais que j'avais tendance à parler avec les mains et ne souhaitais pas faire voler des miettes partout, je décidais de remédier à cet ennuyeux problème.

"Je suis navrée, mais je ne parviens pas à me souvenir de ton nom alors que je suis certaine que tu t'es déjà présenté par le passé. Aurais-tu l'obligeance de bien vouloir pallier à cet oubli?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 22
avatar
Un chocolat chaud, s'il vous plaît !
Cette question était assez déplacée. Milo venait tout juste de s'en rendre compte et il en était mal à l'aise. Après tout, elle avait peut-être très mal pris cette situation ou en avait été touché. Il avait été beaucoup trop maladroit. Un peu comme d'habitude à vrai dire – voire si ce n'est, plus. Décidément, il avait de grandes difficultés dans la compréhension des sentiments d'autrui. Non, dans la compréhension d'autrui, tout court.
Il resta alors un long moment silencieux, détournant alors un peu le regard vers la table en question pendant qu'elle-même y avait jeté un rapide coup d'œil. Il les observait d'un regard distant, se maudissant d'avoir commis une telle bourde.

« Non, pas vraiment. Je t'ai juste regardé au bon moment. Et puis, c'est ce que j'aurai sans doute ressenti dans cette situation.... Enfin. Je suppose. Je ne sais pas trop, ce n'est pas comme si quelque chose comme ça pouvait m'arriver de toute manière. J'en suis d'ailleurs ravi.»

Il afficha un léger sourire en coin à ses paroles, alors qu'il posa à nouveau toute son attention sur elle. Milo n'avait pas beaucoup d'amis, deux tout au plus. Et encore, il ne s'agissait pas d'ami proche. La seule personne proche de lui, était sa petite boule de poil : Soraya. Une vraie beauté, d'ailleurs. Désespérant, n'est-ce pas ? Du moins, c'est ce qu'il avait l'habitude d'entendre. Pourtant, il n'était pas forcément de cet avis. Il se portait très bien avec un si petit effectif. Et au moins, il n'avait pas à subir des situations embarrassantes, un peu comme celle qu'elle venait de traverser. Il ne l'enviait pas du tout.

Pourtant, lorsqu'elle lui expliquait les raisons d'une telle passivité de sa part, il resta un long moment perdu dans ses pensées, yeux rivés sur la table qu'il ne voyait pas vraiment. C'était une philosophie assez mature. Un peu trop mature à son goût. Il lui était quasi-évident qu'elle perdait plus qu'elle ne gagnait en agissant comme cela. Personne ne pouvait affirmer avec certitude qu'après une discussion au château, leur amitié allait continuer après tout. Certaines personnes rejettent toute remise en question. Elle aurait donc perdu du temps, des amis et la chance de pouvoir détruire leur bon moment. A quoi bon éprouver des remords envers des gens qui n'en ont aucun ? Elle n'était pas en tord dans cette situation, donc ça n'avait pas de sens. Enfin-
Milo ne partageait pas son opinion. Comment quoi, les gens sont bien différents. Mais de toute manière, ce n'était pas ces affaires. Alors, il se contentait de produire quelques sons dubitatifs discrets en réponse, soufflant quelques « curieux raisonnement » ou des « mouais » de temps à autre. Au même moment, il tapotait régulière la table de son index et de son majeur pendant qu'il posa sa tête dans la paume de son autre main. La rythmique de ses doigts ralentit peu à peu lorsqu'il sentit le regard de sa camarade de table sur lui. Il releva alors son visage, lui faisait face. Il gloussa légèrement lorsque cette dernière lui avoua avoir oublié son nom.

« Milo. Et disons que ce n'est pas vraiment étonnant que tu aie oublié puisque notre dernière rencontre remonte à pas mal de temps. Je dirais à nos premières années à Poudlard. A cette époque tu étais assez bizarre, tu rôdais souvent autour de tous les Serpentards que tu croisais. Le plus drôle dans cette histoire c'est que peu d'entre nous te remarquais vraiment. Enfin, disons que tu étais très suspecte à cette époque, donc peut-être que je ne m'étais pas vraiment présenté. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
"Oh…"

Fis-je, lorsqu'il m'expliqua les circonstances dans lesquelles nous nous étions rencontrés. Enfin, c'était un grand mot. A ma grande honte, je me souvenais de cette époque. Je grimaçais quand Milo me raconta à quel point j'avais l'air suspecte, ce qui devait être la raison pour laquelle il ne s'était jamais vraiment présenté.

"En fait, j'étais terriblement jalouse."

Commençais-je avec un sourire en coin, avant de m'interrompre le temps de prendre une gorgée de chocolat. Puis, ramenant une mèche bleue derrière mon oreille, je repris la parole pour lui expliquer un peu plus en détail.

"J'étais persuadée d'aller à Serpentard. Toute mon enfance, on m'avait répété que c'était là que j'irais, comme le reste de ma famille. Alors quand j'ai été envoyée à Poufsouffle, j'étais persuadée d'être la victime d'une terrible erreur. J'enviais ceux qui auraient dû être mes camarades de maison et, pendant longtemps, j'ai tout fait pour essayer de me rapprocher d'eux."

Je n'étais pas fière de cette époque. Comme toujours quand j'étais mal à l'aise, je tripotais à nouveau mes cheveux qui étaient pourtant bien en place. Puis, je haussais les épaules et fis un geste de la main comme pour balayer tout ça.

"Mais comme tu peux le voir, j'ai finit par me faire une raison. J'ai accepté mon statut de Poufsouffle et je me suis fait plus d'amis que je n'aurais pu l'espérer. Bien sûr, ça ne plaît pas à mes parents, mais ce n'est pas comme si je pouvais y faire quelque chose. Et de toute manière, le Choixpeau avait raison : je ne suis pas faite pour aller à Serpentard."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 22
avatar
Un chocolat chaud, s'il vous plaît !
Milo se balança doucement sur sa chaise pendant qu'il écoutait son interlocutrice. Au fur et à mesure qu'elle lui faisait part de ses aveux, il eut de plus en plus de mal à contenir son étonnement ; arquant d'abord un simple sourcils jusqu'à étirer complètement les plis de son front. Jamais il n'avait pensé qu'elle était simplement envieuse. Au contraire, il pensait plutôt qu'elle n'appréciait guère la maison du Serpent et que ses séances d'espionnages -plus ou moins réussites- avaient pour but de garder un œil sur chacun d'entre eux.
Et dire qu'il s'était méfié d'elle pendant trois bonnes années au mois. Parfois même, il la suivait de loin. Maintenant qu'il y pense, cela devait être assez drôle à regarder en tant que spectateur. Drôle ou terrifiant, après tout. Un élève de Poufsouffle encerclées des élèves Serpentard, un scénario venant tout droit d'un thriller. Finalement, il la voyait de moins en moins traîner dans le coin, il avait d'abord penser qu'elle s'en était lassée, ou alors qu'elle s'était fait prendre par quelqu'un d'autre, moins passif que lui.
Et dire qu'elle s'était simplement résignée. Qui l'aurait cru.

Il saisit ainsi un autre biscuit, de ceux qu'elle avait plus tôt déposés sur la table et le grignota calmement alors qu'il plongea dans un même moment sa main dans son sac. Il en sortit un petit sac de friandises, acheter plus tôt dans l'après-midi à Honeydukes, qu'il ouvrit et posa au centre de la table.

« Sers-toi. J'espère que tu aimes le nougat ? Sinon, il doit y avoir quelques caramels au fond. Sinon, tant pis. »

Milo haussa légèrement les épaules avant de reprendre.

« Les parents, hein. Ça ne m'étonne pas du tout. »

Il laissa échapper un léger soupire. Combien de ses camarades se vantaient de venir d'une grande lignée de Serpentard. C'était sans doute chez ces familles, une grande fierté que de respecter la tradition. Alors, il imaginait tout à fait – du moins, il essayait de s'imaginer la déception de ne pas pouvoir poursuivre les coutumes. Milo quant à lui, n'avait que son père en Serpentard. Le reste de sa famille penchait plus vers Serdaigle ou bien Griffondor. La maison n'avait pas grande importance tant que l'on réussissait. Après tout, la maison ne fait pas le sorcier.

« Pourquoi ne penses-tu pas être faite pour aller à Serpentard ? Je ne veux pas dire que le Choixpeau se soit trompé ou quoi que ce soit... Mais est-ce que tu penses qu'il te manque quelque chose pour y aller ? Ou alors, peut-être que tu as quelque chose en plus. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
"J'adore le nougat, merci."

Répondis-je, lorsque Milo m'en proposa. J'en saisis d'ailleurs un, tout en songeant que c'était effectivement une bonne idée d'achat. Ce qui me menait à la conclusion qu'une seconde visite chez Honeydukes serait probablement une bonne idée, ne serais-ce que pour refaire mon stock de biscuits. Je les partageais volontiers, mais il fallait bien avouer qu'à deux le niveau descendait plus vite que je ne l'avais prévu lors de l'achat.

"Ce n'est pas une question de quelque chose en moins ou en plus, c'est…"

Secouant ma tête, je cherchais mes mots quelques instants.

"C'est plus une façon de voir les choses. Tu vois, je pense avoir autant d'ambition que la plupart des Serpentards. Je voudrais, dans un premier temps, devenir médicomage. Pour la suite, je ne sais pas si je préfèrerais reprendre Sainte Mangouste ou créer mon propre hôpital."

Je m'arrêtais le temps de prendre une gorgée de chocolat chaud, et fis un signe pour qu'on m'en apporte un deuxième. Je n'en avais presque plus, et la conversation méritait d'être poursuivie, ce qui serait problématique si je n'avais plus rien à boire. Il fallait dire que c'était principalement moi qui parlais, mais j'avais toujours eut cette tendance à répondre aux questions par de grands discours. Par chance, cela semblait intéresser suffisamment Milo, puisqu'il continuait de me relancer.

"Seulement, pour y parvenir, je ne suis pas prête à tout. Je veux y arriver parce que j'ai travaillé dur, pas parce que je connais quelqu'un qui connait quelqu'un. Et surtout, je ne veux pas que ce soit au détriment de quelqu'un d'autre. Si quelqu'un obtient un poste à ma place, si la personne est compétente, si elle méritait le poste plus que moi, alors je m'inclinerais. Mes parents pensent que ce type de comportement est une faiblesse, mais je ne suis pas d'accord. Je trouve qu'il est normal de faire en sorte que ce soie la personne la plus compétente pour remplir une mission s'en occupe."

Je m'interrompis quelques instants, le temps de rassembler mes pensées, puis je recommençais à parler. Ne serait-il pas temps que je pense à me taire?

"Surtout contredit moi si je me trompe, mais il me semble que la plupart des Serpentards, lorsqu'ils cherchent à obtenir du pouvoir, font cela soit pour le pouvoir en lui-même, soit pour une raison personnelle. Hors, mon but serait plutôt d'aider mon prochain. Enfin, la communauté sorcière serait plus exacte. Je veux laisser derrière moi un monde meilleur qu'il ne l'était avant que j'intervienne."

Vraiment, il fallait que j'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 22
avatar
Un chocolat chaud, s'il vous plaît !
Milo observa d'un œil distrait sa poche de friandises se vider peu à peu alors qu'ils parlaient. Ou plutôt, qu'elle parlait. Il fallait dire que Milo la poussait à poursuivre sa tirade et commençait même à se demander si cette dernière n'allait pas finir par mal le prendre. Il espérait intimement que non. Très mauvais en interaction avec autrui, la seule chose qu'il pouvait encore faire était relancé la conversation avec des questions – plus ou moins maladroite. Et pourtant, il tentait. Il avait envie de continuer cette conversation. De toute manière, s'arrêter en si bon chemin n'aurait déclenché qu'un silence embarrassant. Surtout après les remarques de la dernière sur la maison des serpents.

Des remarques pas forcément mauvaises, ni bonnes. Seulement, ce n'était pas très subtil de parler de cela face à un élève de cette maison. Et Milo ne semblait pas très flatté par ces paroles. Il avait même levé ses yeux de sur la table, où se trouvait le goûter, vers la fille qu'il fusilla quelques secondes du regard. Pourtant, il resta silencieux, car elle n'avait pas tort. Peut-être était-ce là, le plus rageant de tout. Il se reconnaissait dans ses paroles. Il ne pouvait pas le nier.
Il soupira longuement après son monologue et tenta de reprendre son calme – en commençant d'abord par relâcher la pression écrasante de son regard sur la fille. Ensuite, il joignit ses mains sur la table devant lui. Il déclara finalement dans un ton faussement irrité.

« Pour ces paroles, je devrais te demander de me rendre les nougats que tu as dévorés... »

Il ricana discrètement alors qu'il posa sa tête contre ses mains. Son regard était toujours rivé sur la sorcière, bien qu'il ne soit plus aussi meurtrier qu'avant. Même si Milo était clairement d'accord avec elle vis-à-vis de l'ambition des Serpentard, il y avait tout de même une chose qu'il se devait de défendre. Peut être par orgueil.

« Tu penses vraiment que laisser ta place à plus compétent est suffisant ? Bien sûr, d'un côté moral, ça paraît logique. Le plus doué gagne. Mais que fais-tu de tes sacrifices, tes efforts ? Je ne pense pas forcément que s'incliner face à ça ferait avancer les choses. Être compétent n'est pas forcément synonyme de meilleur, malheureusement. On trouve plein de gens compétent qui finalement ne sont pas forcément bons. Quelqu'un ne peut pas être compétent dans tous les domaines. C'est pour ça que chacun à son rôle à jouer et qu'il doit se battre pour cela. Toujours. Et ne jamais abandonner, même face à un adversaire plus douée, plus compétent. Enfin. C'est mon avis. »

Il venait clairement d'utiliser son quota de parole pour la journée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
Il… me foudroyait du regard? Je fronçais légèrement les sourcils, en me demandant ce que j'avais bien pu faire pour le contrarier. L'avais-je vexé? Il ne me semblait pourtant pas avoir été désobligeante, même s'il était vrai que je m'étais un peu emportée. Je n'aurais vraiment pas dû parler autant. Je retins à grand-peine un soupir tandis que je me laissais retomber contre le dossier de ma chaise. Voilà, j'étais contrariée.

Ca ne m'empêcha cependant pas de l'écouter malgré son ton, et surtout ses paroles, qui me semblaient exagérément agressives. Je devais probablement réagir de manière exagérée, mais je me sentais véritablement attaquée. Il n'aurait pas pu faire mieux en m'insultant ou en me giflant.

"S'il s'avère que la personne ne convient pas au poste auquel elle a été nommée, c'est différent. Mais si la personne qu'on a nommée à ma place est compétente, douée et fait du bon travail, je ne vois pas l'intérêt de faire des pieds et des mains pour prendre sa place et faire du moins bon travail, surtout dans le domaine médical."

J'inspirais profondément pour me calmer. Je ne voulais pas continuer à m'emporter et pourtant il suffisait que je croise son regard pour que la colère se remette à monter.

"Je sais que ma carrière commencera en tant que médicomage. Je sais aussi que malgré tous nos sorts, toutes nos potions, la médecine ne pardonne pas les erreurs. Elle ne tolère pas les approximations. S'il est estimé que non, je ne suis pas la mieux placée pour intervenir sur une désartibulation par exemple, ou même pour intervenir sur un cœur, je m'inclinerais dans l'intérêt du patient. Parce qu'au final, pour moi, c'est la seule chose qui compte : que les gens ressortent sains et saufs. Et si ça implique que je tamponne les tempes d'un médicomage arrogant et insupportable à longueur de journées parce qu'il transpire et que ça risque de le distraire, je le ferais. Sans la moindre hésitation."

Il fallait que je cesse. Mais je n'y arrivais pas, parce que c'était important pour moi. Ca me tenait à cœur depuis plusieurs années et je n'allais certainement pas le laisser piétiner mes principes comme ça.

"De la même façon, les meilleures intentions ne remplaceront jamais la capacité à gérer un hôpital. Mieux vaut une connasse qui maintient son établissement à flot qu'une fille pleine de bonne volonté et faisant tous les efforts du monde mais qui court au naufrage parce qu'elle ne sait pas refuser les cas désespérés qui finiront forcément par un procès."

Je lui lançais un regard féroce, comme pour le mettre au défi de trouver quelque chose à y redire. Et le tout en me traitant mentalement d'être détestable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un chocolat chaud, s'il vous plaît ! - Trois-Balais [PV : Gwen. Rosebury]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une tâche de chocolat chaud ? Sur ton chandail préféré en plus ? (libre pour homme ;) )
» Premier Rendez-vous [PV Danny Sneals]
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"
» Une nouvelle montre s'il vous plait !! [PV Dexter]
» De l'eau s' il vous plaît [ft Patte D'écume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Turn on the Light :: LE MONDE MAGIQUE :: Pré-Au-Lard :: Les Bars-