Mischief Managed.
Bienvenue sur Turn On The Light ! Deviens l'un de nos membres et viens écrire la suite de l'histoire du monde magique. Elèves, professeurs, membres du personnel ? Vous trouverez toujours une place faite pour vous parmi nous. ♥
LE CONTEXTELE RÈGLEMENTCREER SA FICHENOS PREDEFINISPARTENARIATDES QUESTIONS ?
A savoir
# Le forum a ouvert ses portes le 08/04/2016.
# © Le codage du forum est l'oeuvre de Okhmhaka, sur Never-Utopia.
# © Le design graphique est l'oeuvre de la fondatrice, Nova.
Votez pour nous !
Contexte
[Le début...] Ce mois de Septembre, déjà bien froid pour cette époque de l'année, annonçait aussi la rentrée scolaire, au grand damne des moldus, au plus grand plaisir des sorciers. La reconstruction de Poudlard dura quelques temps, mais la volonté de Minerva fut sans faille. Si bien que les élèves en dernières années ont pu passés leur diplôme pour ceux qui le souhaitaient. Aujourd'hui, une nouvelle rentée dans cet immense château s'effectuera. Le trajet à bord du Poudlard Express sera empli de choco-grenouilles, de dragées surprises de Bertie Crochue, de patacitrouilles, et autres confiseries invraisemblables. À l'arrivée sur le quai de la gare, les élèves seront accueillis pas un énorme barbu ressemblant à un ours mielleux. Puis, en grimpant les quelques marches qui les sépareront de la Grande Salle, ils feront la connaissance d'une femme-chat, et un mystérieux chapeau qui scellera leur sort durant les sept années qu'ils passeront dans l'enceinte de ce château. Et vous, quelle sera votre histoire ?
Evénements
Le forum réouvre ses portes avec un nouveau design. N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez sur la shoutbox, à votre droite. Des bisous. ♥
TURN ON THE LIGHT
hogwarts is home


Partagez | 
 

 Ethan Lewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 17
avatar

 
Ethan Lewis


 

Voici Ethan Lewis. Il a quatorze étés ! Son sang est mêlé. Le Choixpeau l'a désigné comme étant Serpentard. Il est en troisième année. En ce moment, il est célibataire, mais il partage son lit avec une baleine en peluche. Il a la tête de Okumura Rin dans AO NO EXORCIST.

Il a une baguette de 28 centimètres, en bois de érable et son coeur est en crin de licorne. Pour lui, l'amortentia a l'odeur de noix de coco, mêlé à la senteur d'une forêt de conifères et aux embruns salés de la mer.

Son animal de compagnie est une hermine, qui s'appelle Moka. Il l'a découverte, blessée, à l'occasion d'une promenade en solitaire durant sa convalescence. Il s'est attaché à cette petite bête ; Ce qui semble réciproque puisqu'elle revient régulièrement vers lui, alors même qu'elle conserve sa liberté.

 

 
❝ Ne suis-je pas un faux accord
Dans la divine symphonie
Grâce à la vorace ironie
Qui me secoue et qui me mord ? ❞


 
Histoire


 
« Ethan Lewis ! »

Dans le silence qui succéda à l’appel, un jeune garçon d’une dizaine d’années sortit de la masse. Sa démarche était rapide, ses mains cachaient leur tremblement. Et l’angoisse, ô terrible angoisse, tordait encore davantage son estomac noué. Un millier d’yeux l’observait tandis qu’il s’avançait vers le petit tabouret de bois. L’excitation et l’impatience étaient étouffées par la crainte et le stress. Son souffle était court, ses traits tirés, ses sourcils froncés. Mais il devait s’avancer. Il avait été appelé.

Horrible moment. Redouté et espéré. Il aurait aimé ne pas être là. En même temps, il aurait tout donné pour conserver sa place. Affreux moment.

Il arriva devant ce qu’il voyait comme une guillotine. C’était une roue ; La roue moyenâgeuse aux infâmes supplices, la roue du destin qui tournait et tournait, la roue d’une mécanique huilée qui s’acharnait à faire défiler sa vie sans qu’il ne soit possible de l’arrêter. C’était une roue qui avait la forme d’un innocent tabouret. Et, tel un condamné à mort, craintes et angoisses tournaient dans son cœur ; Mais aucun regret. Caché sous cette puérile frayeur tintinnabulait l’excitation, trépignait l’envie, hurlait l’impatience. C’était une épreuve à passer. Rien de plus qu’une épreuve à passer.

Le garçon se hissa sur le tabouret. Maintenant, il se trouvait face à des centaines de visages qui l’observaient, qui le fixaient, qui le jaugeait. Essayant de cacher son angoisse, de conserver un visage neutre alors que son estomac entamait une salsa endiablée, il porta son regard au bout de la salle, comme pour ne pas croiser ces regards insistants. Puis, sur son crâne, on posa un chapeau.

Le Choixpeau.

Il leva les yeux, observant le large bord du chapeau. Et, soudainement, il le sentit bouger sur sa tête. Il le sentit s’agiter, marmonner quelque chose qu’il ne comprenait pas. Son cœur valsait dans sa poitrine. Et lui, il attendait l’annonce finale. Celle qui ferait basculer sa vie.

Où allait-il aller ?

En soi, il s’en moquait. Mais son arrivée ici était bien plus impressionnante que tout ce qu’il avait pu imaginer. Et pourtant, il s’était tant imagé les souvenirs qu’avait partagé avec lui son père, il s’était tant préparé à son arrivée ici. Il avait si souvent imaginé cette découverte du monde magique, il l’avait si souvent dépeint dans son esprit fertile, conté à son père. Il lui restait, pourtant, tant de choses à voir. Tant de choses ! Poudlard était magnifique.

Il n’avait jamais connu telle magie auparavant. Toutefois, d’aussi loin qu’il s’en souvienne, son père lui avait toujours conté maintes histoires. Il lui avait conté sa propre scolarité, mimé ses rencontres avec un troll des montagnes, expliqué le monde magique. Et sa mère, sa douce mère, souriante, joyeuse, riait à ces récits si souvent entendus.

A son tour, le garçonnet se les appropriait et les racontait à ses camarades de classe. Il se mettait en scène, vantant et mimant les histoires de son plus grand héros. Ils l’écoutaient, bouche bée, le regard illuminé. Mais l’âge apportait son lot de raison et de scepticisme et certains dénigraient ses récits. Le garçon, pourtant, y croyait fermement. Jamais son père ne mentirait. Sa mère non plus. Il était persuadé que les trolls des montagnes existaient et que son père en avait occis un. Que les poissons géants étaient là quelque part, et que son père en avait attrapé un. Que le monde sorcier existait et que son père y allait.

« Ne raconte pas ces histoires, Ethan » Avait doucement murmuré sa mère, pensant ses blessures d’un geste tendre et sûr.
« Mais pourquoi ? Pourquoi ils me croient pas ? Ils disent tous que Papa ment, mais c’est pas vrai, hein ? »
La paume douce et fraîche de sa mère s’était posée sur sa joue. Ses yeux rieurs rencontrèrent le regard boudeur et inquisiteur de son fils.
« Les gens normaux ne connaissent pas le monde magique. Ils ne peuvent croire ce qu’ils ne verront jamais. »
« Mais pourquoi pas leur montrer alors, s’ils savent pas qu’il existe ? »
Le rire de sa mère avait fusé comme une douce brise. Elle avait pris son fils dans ses bras pour l’enlacer avec tendresse.
« C’est impossible. Mais promets-moi que tu ne te battras plus pour cela, Ethan. »

Ces histoires étaient devenues un secret partagé entre les trois membres de la petite famille. Un secret alimenté par quelques objets magiques qu’apportaient son père, comme ces journaux animés ou ces jouets sans moteur. Et, souvent, le garçon s’était impatienté de découvrir le monde magique. Et, toujours, il n’avait eu pour réponse qu’un « quand tu seras admis à l’école magique, mon fils ».

Et voilà. Maintenant, il y était. Et tout était si différent de ce à quoi il s’était attendu. Tout était si gigantesque, si spectaculaire ! Si édifiant ! Si incroyable ! Si… Magique !

Et il attendait, dans l’angoisse, de savoir où allait-il aller. Le Choixpeau allait-il bientôt rendre son verdict ? Le temps lui semblait long. Si long.

Mais son père le lui avait dit. « Dans quelque maison que tu sois, je serais fier de toi. Et ta mère aussi. »

Pourquoi tant angoisser ?

Il y avait, dans l’annonce qu’allait faire le Choixpeau, dans cette voix qui annoncerait son destin, bien plus qu’un simple choix de maison. Il avait un curieux sentiment, comme si cela allait lui révéler ce qu’il était. Qui il était. Comme si son être conditionnait sa maison. Comme s’il allait mieux comprendre l’être obscur qu’il était. Et tout son corps, éreinté et tendu, l’attendait.

Et puis le verdict tomba.

« SERPENTARD !!! »

Déboussolé, comme s’il nageait dans le brouillard, le garçon se leva, papillonnant des yeux. Des acclamations fusèrent à la table des Verts. Il était étonné, surpris. Pas dans le mauvais sens puisqu’à ses yeux, chacune des maisons étaient méritantes ; Il était étonné de se savoir classé parmi les élèves déterminés et ambitieux, malins. Reprenant ses esprits, l’angoisse retombée, l’excitation revenait, la joie envahit ses traits. Il alla s’installer à la table des Verts sous leurs applaudissements et leurs « bienvenue ! », le sourire aux lèvres. Il s’installa sur le banc en bois, et le silence retomba avant qu’un nouvel élève ne soit appelé vers son destin.

Serpentard. Voilà, son destin était scellé. Son père serait certainement fier de lui, même si lui-même avait été chez les Poufsouffle.

Et sa mère ? Etait-elle fière de lui, de là où elle était ?

Il l’espérait sincèrement. Son cœur se serra. Il aurait tant aimé pouvoir lui raconter tout ça. Il aurait tant aimé se dire qu’en rentrant lors des vacances, il pourrait se jeter dans ses bras et lui raconter avec joie sa nouvelle aventure. Mais il savait que sur la Voie 9 ¾, comme à son arrivée, son retour ne serait accueilli que par son seul père au sourire sincère et triste.

Moins d’un an était passé depuis qu’elle avait été emportée par la maladie et son absence pesait toujours aussi lourd dans le cœur du jeune garçon et de son père veuf. Et elle pèserait certainement, à jamais, toujours aussi lourd. Son absence s’en ressentirait toute sa vie. Mais elle était là, quelque part, au fond de son cœur, à observer ce qu’il vivait. Il en était persuadé. Alors il espérait ressentir sa fierté, sa joie de voir son fils découvrir le vrai monde magique et devenir un bon sorcier.

Et, pour elle, pour lui, il irait loin.



_____



La rentrée. Enfin. Il était là, après tant de temps, observant le château reconstruit. Autour de lui, les élèves parlaient. Le même sujet était sur toutes les lèvres. La fin de Voldemort, la reconstruction du château, Harry Potter. Et lui était là, tel un fantôme, seul et invisible parmi tous ces gens. Il n’avait rien à dire. Il n’avait rien à raconter. Rien à pleurer.

Des personnes qu’il avait connu étaient peut-être décédées ? Il n’en savait rien. L’un de ses anciens « amis » l’évitait. Comme ceux qui l’avaient connu le regardaient de travers avant de l’ignorer. Les membres de sa maison seraient-ils plus conciliants ? Mais étaient-ils aussi nombreux, après ce qui s’était passé ? Il ne savait pas. Tant d’eux avaient été accusés de faire partie des « ennemis ». Il n’en avait aucune idée. Il n’avait pas réellement envie de savoir, à vrai dire.

Il avait quatorze ans. Il aurait dû être en quatrième année, mais le Destin en avait décidé autrement. Cruel Destin ! Cruel Destin qui brisa l’avenir de tant d’élèves, plusieurs mois auparavant, et le sien !

Ethan n’y avait pas assisté. Ethan n’était pas là lorsque Poudlard avait sombré. Il était dans le monde moldu, dans la maison de son père au fin fond de l’Ecosse. Il était dans son lit, oscillant entre la vie et la mort. Indifférent aux chamboulements qui bouleversaient le monde magique.

Il s’était battu, seul, contre lui-même et son corps inapte. Parce qu’il voulait vivre, parce qu’il voulait que sa mère soit fière de lui. Parce que son père était à son chevet et ne devait pas se retrouver veuf et seul. Personne, aucun de ses « amis » n’avait pris de nouvelles. Il le comprenait bien ; Après tout, tous pensaient qu’il fuyait, qu’il se cachait ou qu’il avait dû rejoindre les mangemorts.

Mais la réalité était toute autre.

Aurait-il pu expliquer ce qui lui était arrivé ? Une banale bronchite. Une ridicule bronchite qui avait évolué en pneumonie aigüe. Qui l’avait précipité aux frontières de l’Incertain. Le même type de maladie qui avait emporté sa mère. A cause de la même faiblesse : un foutu déficit immunitaire. Un héritage qu’il avait porté de manière insouciante jusqu’au décès de cette femme forte à la tendresse inégalée, cette mère adorable et douce qui lui manquait tant.

Il ne pouvait le partager. Comment aurait-il pu ?

Il était là, parmi tous ces élèves, perdu et si distant. Même s’il avait lu les journaux, même si son père lui avait raconté ce qu’il s’était passé, il se sentait si loin d’eux, de ce qu’ils avaient vécu et que lui-même ne pouvait qu’imaginer.

Il n'avait plus sa place parmi eux. Il n'avait plus sa place nulle part.

Mais la vie continuait.

Il soupira. Il fallait bien aller de l’avant et faire honneur à sa maison. A ses parents. A lui-même.

Déterminé, il pénétra l'immense château reconstruit de Poudlard, Moka sur ses talons.




 
Caractère


 
Dans le crépuscule de mauve, de rose et de bleu, le vent automnal encore tiède faisait bruisser les feuilles. Allongé sur le dos, sur un banc en pierre, un jeune garçon d’une quinzaine d’années observait le ciel, pensif. Comme toujours, il était seul. C’était, dorénavant, son quotidien. Les yeux perdus dans la myriade de couleurs qui s’emparait du ciel pendant le coucher de l’étoile la plus brillante, il était pensif. Extérieurement, il semblait juste détaché, fatigué, blasé. Il avait toujours cet air nonchalant qui le caractérisait, sur son visage comme dans sa démarche, qui laissait paraître indifférence et désintérêt. Mais, loin de là, son esprit était vif et critique, ses yeux observateurs et inquisiteurs. Sa paresse, pourtant, était bien réelle.

Le coucher du soleil était magnifique. Les hautes tours de Poudlard s’élançaient dans les airs, flirtaient avec le ciel d’orange et de rose, leurs ombres s’allongeaient dans l’herbe verte. C’était un spectacle qu’appréciait le garçon. La nature, comme la magie, lui paraissait si belle, si simple. Il aimait l’admirer, la peindre. Il y avait, dans cette nature vivante et éphémère, quelque chose de terriblement honnête qu’il ne trouvait plus dans l’être humain.

Pourtant, lorsqu’il avait eu des amis, il leur avait voué une énorme confiance. De sa bande, il avait été celui qui déconnait tout le temps, qui blaguait et riait facilement avec insouciance. Il était le genre à épater la galerie, à aimer être le centre de l’attention. Peut-être avait-il été parfois lourd, mais il avait su se révéler sérieux lorsqu’il le fallait, être à l’écoute de ceux qui en avaient besoin. Il s’était montré loyal et attentionné envers eux.

Mais les choses avaient changé.

Dorénavant, ceux-ci ne lui prêtaient plus attention. Et il se sentait trop distant des autres élèves et de ce qu’ils avaient vécu pour souhaiter se mêler à eux. Malgré tout, sa joie de vivre était toujours là, en lui. Et au nom de cette joie de vivre, au nom de son père sorcier qui n’avait plus que lui et sa mère moldue décédée, il était déterminé à reprendre son cursus où il s’était arrêté.

S’il n’était pas particulièrement travailleur, il était toutefois doué et comprenait facilement ; Pour autant, il n’était pas un génie. Mais il était ambitieux et déterminé à réussir. Il avait, à vrai dire, l’ambition secrète de devenir un jour un sorcier reconnu. De voir son nom impacter l’histoire. De laisser une trace de lui en ce monde. Il souhaitait être davantage qu’un passage fugace et éphémère, un grain de sable parmi d’autre. Il ferait son possible pour y parvenir. Ses parents seraient fiers de lui, au même titre que lui-même serait fier de ses accomplissements.

Les derniers rayons du soleil s’évaporèrent. Le ciel avait à présent cette teinte bleue pâle – lilas qui précède la tombée de la nuit. Peut-être était-il temps de rentrer et retrouver les dortoirs des Serpantard. Ou peut-être pas. Il avait tout son temps, après tout. Tant pis si on le trouvait dehors trop tard. L’air frais de la nuit arrivait, et il souhaitait seulement en profiter encore un peu… Avant de devoir, de nouveau, se mêler aux autres.




 
Derrière l'écran


 

 

 
PSEUDO ▬ OkamiKei
ÂGE ▬ 22 ans
D’OÙ VIENS-TU ? ▬  miam
FRÉQUENCE DE CONNEXION ▬ Quotidienne
QUE PENSES-TU DU FORUM ? ▬ Il est tout zoli ! ♥️
PS : J'ai pas lu / vu Harry Potter depuis looongtemps, j'espère qu'il n'y a pas d'incohérences dans ma fiche !

 



©️ Halloween

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR & ADMINISTRATEUR
Messages : 54
Localisation : Dans la volière, près des chouettes.
avatar
Bienvenue parmi nous. cutie ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 17
avatar
Merciii happy

J'ai eu quelques misères avec mon navigateur internet au moment de poster ma fiche, j'espère que rien n'a disparu dans un trou noir intergalactique, sinon j'en suis navrée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Babe ♥
Revenir en haut Aller en bas
FONDATEUR & ADMINISTRATEUR
Messages : 54
Localisation : Dans la volière, près des chouettes.
avatar
Tout est parfait, ne t'en fais pas. Magic
J'adore ton personnage. bave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODÉRATEUR
Messages : 11
avatar




SERPENTARD



Image


________________________________________

Bravo, jeune sorcier ♥
Bienvenue à Poudlard. N'hésites pas à venir fouiner dans tous les recoins du château, même ceux qui sont interdits. Et ne dis à personne que je suis venu te dire ça, vilain garnement !
Allez file, et bon vent !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Ethan Lewis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Turn on the Light :: TON SORCIER :: Cérémonie de Répartition :: Fiches Validées-