Mischief Managed.
Bienvenue sur Turn On The Light ! Deviens l'un de nos membres et viens écrire la suite de l'histoire du monde magique. Elèves, professeurs, membres du personnel ? Vous trouverez toujours une place faite pour vous parmi nous. ♥
LE CONTEXTELE RÈGLEMENTCREER SA FICHENOS PREDEFINISPARTENARIATDES QUESTIONS ?
A savoir
# Le forum a ouvert ses portes le 08/04/2016.
# © Le codage du forum est l'oeuvre de Okhmhaka, sur Never-Utopia.
# © Le design graphique est l'oeuvre de la fondatrice, Nova.
Votez pour nous !
Contexte
[Le début...] Ce mois de Septembre, déjà bien froid pour cette époque de l'année, annonçait aussi la rentrée scolaire, au grand damne des moldus, au plus grand plaisir des sorciers. La reconstruction de Poudlard dura quelques temps, mais la volonté de Minerva fut sans faille. Si bien que les élèves en dernières années ont pu passés leur diplôme pour ceux qui le souhaitaient. Aujourd'hui, une nouvelle rentée dans cet immense château s'effectuera. Le trajet à bord du Poudlard Express sera empli de choco-grenouilles, de dragées surprises de Bertie Crochue, de patacitrouilles, et autres confiseries invraisemblables. À l'arrivée sur le quai de la gare, les élèves seront accueillis pas un énorme barbu ressemblant à un ours mielleux. Puis, en grimpant les quelques marches qui les sépareront de la Grande Salle, ils feront la connaissance d'une femme-chat, et un mystérieux chapeau qui scellera leur sort durant les sept années qu'ils passeront dans l'enceinte de ce château. Et vous, quelle sera votre histoire ?
Evénements
Le forum réouvre ses portes avec un nouveau design. N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez sur la shoutbox, à votre droite. Des bisous. ♥
TURN ON THE LIGHT
hogwarts is home


Partagez | 
 

 On évitera les bouquins dans la figure ▬ Owen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
FILOU DU CHÂTEAU
Messages : 4
avatar
Un des avantages de ne plus faire partie des élèves, et surtout des premières années, était que l’on se perdait beaucoup plus difficilement. Même s’il était certain qu’il y avait encore beaucoup de parties du Château qui lui étaient inconnues, les principales, il les connaissait. Il pouvait même à la limite y aller les yeux fermés. Ce qu’au grand jamais, Leeroy ne se tenterait à faire. Tout simplement parce que si on veut tenir à sa vie, éviter les pièges, ou même personnes sur son passage, il valait mieux les garder ouverts, et laisser ses pieds le mener jusqu’à l’endroit voulu.

Et cette fois-ci, il avait eu envie d’aller jusqu’à la bibliothèque. Un lieu on ne peut plus intéressant. Dont le seul point négatif était que le calme était de mise. Parfaitement ridicule. Mais s’il ne voulait pas ruiner son salaire dans tous les bouquins qui l’intéressait, il avait intérêt d’aller les consulter là-bas, en espérant qu’ils se mettent à jour assez régulièrement. Une fois arrivé à destination, il se dirigea directement vers le rayon qui l’intéressait, ignorant royalement le regard exaspéré de son collègue, ce dernier sachant pertinemment que si le blond ne se décidait pas à partir assez rapidement, il devrait s’en occuper lui-même.

Rien que lors de son choix de livre, il arrivait à transformer ça en épreuve du combattant. Surtout pour les autres. Premièrement parce qu’il était extrêmement difficile, et deuxièmement, le concept d’espace vital lui était parfaitement inconnu. En une dizaine de secondes, il était capable d’arriver derrière vous, de prendre l’ouvrage à deux centimètres du vôtre, de faire une lecture express du résumé et de le remettre à sa place en marmonnant dans le pire des cas, partir avec dans le meilleur. Le tout sans vous toucher une seule fois. Même si la présence des gens lui importait peu, et il était sans aucun doute le premier à empiéter sur l’espace des autres, il n’était pas du tout tactile.

Heureusement, il n’y avait pas énormément de monde à ce moment-là. Le blond éviterait donc de gêner un bon nombre de personne par sa présence. Mais cela ne l’empêchait certainement pas de faire ses commentaires. Bien évidemment, il avait dans le devoir de partager son avis sur tout ce qu’il avait en main. Ce serait une grossière erreur que de n’en faire partager personne. Tout le monde se devait de savoir que la coquille à la page 654 était toujours présente, et qu’il était limite insultant que personne n’ait rien fait pour la corriger depuis le temps.

Il continua son manège durant une bonne dizaine de minutes, avant de se rendre compte de la présence de son collègue, juste devant lui, le regard flamboyant, en relevant la tête d’un de ses livres. Bon, le message était assez clair, et il n’avait pas spécialement envie de pousser à bout son nouvel interlocuteur muet, juste pour l’entendre employer ses cordes vocales. Le blond trouva donc beaucoup plus sage de s’emparer des ouvrages qui l’intéressait le plus, avant de partir. C’est bien, il avait évité, peut-être de peu, d’engager une nouvelle guerre. Mais en y réfléchissant, de la sorte, il aurait pu rentrer dans l’Histoire. Dommage. Il y réfléchirait à deux fois quand il y remettrait les pieds.

Mais à force de réfléchir, et de porter plus d’attention à la personne gardant la bibliothèque, hors de question de perdre à son jeu de regard, à peine sorti de la pièce, il manqua de foncer dans un élève qui lui tournait le dos. Encore heureux qu’il ait tourné la tête juste à temps pour éviter la collision. A la place, il arriva à effectuer un mouvement tout aussi gracieux que celui d’un troupeau baleines s’échouant au bord du Lac Noir, mais arriva quand même à se rattraper, sans foncer dans qui que ce soit. En même temps, avec des jambes aussi longues que les siennes, il arrivait à se demander par moment comment il arrivait à marcher et tenir debout par moment.

Une fois assuré de bien avoir son équilibre, il put enfin apercevoir en détail la personne qu’il avait failli percuter. Un élève sans aucun doute. Un Serdaigle même. Merlin merci, il avait réussi à éviter l’accident. D’ailleurs, il le reconnaissait. Même si cela avait été un calvaire les premiers jours, il s’était mis un point d’honneur à connaître tous les noms et visages d’élèves. C’était nettement plus pratique et efficace pour leur lancer des piques entre autres. Mais inutile cette fois-ci de faire preuve de mauvaise foi. Il aurait été difficile de lancer la faute sur l’élève alors qu’il regardait à peine où il allait.


« ▬ Mes plus plates excuses Mr. Fawkes, je me serais bien contenté de passer calmement à vos côtés, si on ne m’avait pas gentiment demandé de partir. »


Il fallait quand même bien qu’il rejette la faute sur quelqu’un d’autre, faut pas pousser non plus. En plus, il le fixait toujours. Ce qui signifiait qu’il avait donc aussi observé son rattrapage plus que ridicule. Paysan. Il trouverait un moyen de se venger un jour, voilà. En attendant, décidant de faire preuve d’une maturité plus que déconcertante, le blond se décida à arrêter cette pseudo bataille de regard, et porta son attention sur l’élève. Il était toujours là pour montrer l’exemple heureusement.


« ▬ Vous comptiez vous rendre à la bilbiothèque ? »


Il aurait bien continué sur sa lancée, en lui assurant qu’il serait mal accueilli, et qu’on le jetterait dehors à la première occasion, mais il préféra se retenir. Maturité on a dit.

On va dire qu'on s'en fiche un petit peu du guignol là-bas.

Δ Δ Δ



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR & ADMINISTRATEUR
Messages : 54
Localisation : Dans la volière, près des chouettes.
avatar

Stop. Il fallait qu'Owen fasse une pause. Il allait finir par faire un de ses burn-out que redoutait tant son père, lorsqu'il travaillait encore pour ce patron infâme qui ne pensait qu'à ses perceuses nuits et jours. Puis, un beau jour, il avait disparu. Comme ça. Sans donner aucune raison, à qui que ce soit. Pas même à Monique, sa secrétaire. Grand bien lui fasse, à ce gros moustachu.

Le Serdaigle referma le gros livre de sortilèges sur lequel il s'appuyait pour rédiger son devoir : quelle plaie. Le jeune homme n'avait pas pu fermer l’œil de la nuit, et était loin d'avoir fini… Mais il ne pouvait pas s'en empêcher : il ne savait travailler que dans l'urgence. C'était une très mauvaise habitude, certes. Mais cela semblait lui convenir.

Puis, il s'étira tel un chat, venant de faire une sieste au soleil, avant de se lever de son tabouret, si inconfortable qu'il en avait mal aux fesses. Il faudrait que le Directeur de Poudlard pense aux élèves qui s'asseyent dessus. Sur cette pensée, il enfourna toutes ses affaires, plumes, parchemins et livres, dans son sac et s'envola vers le couloir. Tant pis si son devoir n'était pas terminé à temps, cette salle de classe sentait vraiment trop l'humidité. En plus de cela, ce garçon ressentait plus que le besoin d'allumer un tube de nicotine.

Il ne pensait pas tant que cela à la cigarette, quand il était à Poudlard. Il y avait tant de choses à voir : les créatures qui bordaient le lac et la forêt interdite, Pré-au-Lard et ses étranges boutiques… Pour un moldu, tout cela regorgeait de surprises en tout genre. Cependant, les tonnes de devoirs dont les professeurs l'accablait lui faisait vite repenser à son unique vice. Il soupira avant de prendre l'embranchement.

Perdu dans ses pensées, le jeune élève ne remarqua pas cet individu qui semblait pester contre la bibliothécaire infernale, et manqua de se faire renverser.

« Pardon, Professeur. » murmura-t-il, d'une voix à peine audible, un peu honteux. « Je ne vous avais pas vu. Et pour être honnête avec vous, je ne me rends plus à la bibliothèque depuis que cette immonde femme en a prit la garde... Un véritable Pitbull. Il n'est pas étonnant que plus personne s'y rende, si vous voulez mon avis. » Et se rendant compte qu'il s'adressait à un professeur, il se reprit. « Mes excuses. Quelle agréable femme. Ahem. » Ha. Rien de tel que l'ironie pour bien terminer sa journée !

Owen offrit un léger sourire à son interlocuteur, avant de lui proposer son aide. Il ne manquait pas de livres dans son dortoir, le professeur pourrait très certainement y trouver son bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FILOU DU CHÂTEAU
Messages : 4
avatar
Bien que cela ne soit sans aucun doute par pure politesse, l’élève s’était excusé. Chose plus qu’appréciable de son point de vue, même s’il aurait été parfaitement impossible pour son interlocuteur, à moins de ne posséder des radars détecteurs de mouvements, ou autre, dans son dos, de le sentir, ou de le voir. Mais il n’allait certainement pas cracher dessus, cela changeait drastiquement de ce qu’il vivait presque quotidiennement auparavant.

Il ne fallut que quelques secondes supplémentaires pour que le brun ne monte encore un peu plus dans son estime. Premièrement, il faisait partie des Bleu et Bronze, et par définition était quelqu’un de bien, et en plus, il se mettait lui aussi à descendre la bibliothécaire. Que demander de plus. S’il avait fait l’inverse, il se serait contenté de passer son chemin, mais ici il avait trouvé un semblant d’allié. Et s’il en croyait ses dires, le blond avait ses chances d’en trouver d’autres dans les couloirs du Château. Quoiqu’il en soit, il ne pût s’empêcher de sourire en entendant le semi-rattrapage du septième année. Mais il ne pouvait pas la blâmer, il aurait fait totalement la même chose à sa place. Il n’est pas bon de révéler tous ses griefs à n’importe quel professeur. Sait-on jamais que cela ne se retourne contre vous.

Dans le cas de Leeroy, il n’y avait pas grand-chose à craindre, il comprenait parfaitement que l’on puisse ne pas s’entendre avec tout le monde. Et il ne forcerait personne à le faire non plus. Rien de plus distrayant que d’observer de temps à autre une dispute. Puis d’intervenir, sinon il ne ferait pas long feu à son poste s’il resté planté comme un piquet à les regarder en se mangeant tranquillement des Patacitrouilles.


« ▬ Ne vous inquiétez pas, elle ne trompe personne, et à ce train-là il n’y aurait plus que quelques naïfs Premières années qui s’y rendront. S’ils arrivent à trouver leur chemin. »


Très bien, une fois, alors qu’il venait à peine de sortir d’une session de correction plus que laborieuse, une de ses Premières en question lui avait demandé son chemin, et il avait répondu totalement au hasard sans prendre la peine de réfléchir. Si ça se trouvait, il était perdu, et on ne le retrouverait que dans quatre ans. Tant pis. Il n’avait qu’à demander aux tableaux, ils n’ont que ça à faire de leur journée eux. Ou presque. Soit. Son interlocuteur lui au contraire semblait de bonne humeur, ou en tout cas, assez pour lui proposer son aide. Même s’il avait réussi à avoir quelques livres, il n’en aurait jamais assez. Et la Salle Commune des Serdaigles, plus leurs dortoirs devait sans aucun doute rivaliser avec la bibliothèque question ouvrages.


« ▬ Si cela ne vous dérange pas que je prenne de votre temps, c’est toujours un plaisir de découvrir de nouveaux ouvrages !  »


En plus, cela lui permettrait de revoir une nouvelle fois la Salle Commune des Serdaigles. Bien qu’il y ait assez peu de chances pour qu’elle ait complètement changé, ce serait l’occasion de se refamilliariser avec l’endroit.

On va dire qu'on s'en fiche un petit peu du guignol là-bas.

Δ Δ Δ



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR & ADMINISTRATEUR
Messages : 54
Localisation : Dans la volière, près des chouettes.
avatar


Owen n'avait pas l'habitude de plaisanter avec un professeur, tant ils étaient froids et distants avec leurs élèves. Cela dit, il n'y avait pas qu'eux, le reste du personnel engagé ici n'était pas forcément mieux. Alors, pouvoir discuter librement avec quelqu'un comme le professeur Reeve, lui réchauffait un petit le cœur : tout le monde n'était pas forcément aigri et incompétent.

« Ne vous inquiétez pas, vous ne me dérangez pas, Professeur. J'avais justement besoin d'une pause ! » fit-il, en lui adressant un sourire et en lui agitant un parchemin parsemé de tâches d'encre sous les yeux. Après tout, s'il se dirigeait vers le parc, c'était bien pour aller se détendre un peu et oublier ses fichus devoirs. Et peu importe s'il n'allait pas s'abîmer les poumons cette fois-ci : une bonne discussion valait toujours mieux qu'une perpétuelle solitude…

Le jeune sorcier était ravi que son mentor ait accepté son aide. Ce dernier l'attirait tout particulièrement. Non pas qu'il y ait une quelconque ambiguïté sexuelle, ou un je ne sais quoi d'autre, bien sûr que non. Il l'attirait intellectuellement parlant. Le Serdaigle côtoyait très peu d'élèves aimant l'Histoire de la Magie, pourtant, il adorait ça. Il adorait la façon dont le professeur prononçait son cours comme une histoire qu'il avait déjà raconté des centaines de fois.

« Je sais que cela pourrait vous paraître déplacé, Professeur ; mais pourriez-vous m'en dire plus sur les sorciers ayant fondé Poudlard ? On l'étudie en première année, mais je dois admettre que je n'étais pas très attentif à cette époque... » admit Owen, baissant la tête, presque honteux de cette révélation. Doucement, il tendit le bras vers le couloir, donnant la direction à suivre pour se rendre à la salle commune des dortoirs, se demandant bien quel bouquin pourrait-il prêter à son professeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
On évitera les bouquins dans la figure ▬ Owen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hey ho, let's go ! [ PV ]
» L'amour rend aveugle ? Pourtant, je vois très bien ma patte dans ta figure si tu ne réponds pas à mes questions...
» Bombur - Une louche dans ta figure si tu touche à ma soupe !
» L'oeuvre de Notre Consul Général dans la collection Bouquins!
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Turn on the Light :: LE CHÂTEAU :: Quatrième Étage :: La Bibliothèque-