Mischief Managed.
Bienvenue sur Turn On The Light ! Deviens l'un de nos membres et viens écrire la suite de l'histoire du monde magique. Elèves, professeurs, membres du personnel ? Vous trouverez toujours une place faite pour vous parmi nous. ♥
LE CONTEXTELE RÈGLEMENTCREER SA FICHENOS PREDEFINISPARTENARIATDES QUESTIONS ?
A savoir
# Le forum a ouvert ses portes le 08/04/2016.
# © Le codage du forum est l'oeuvre de Okhmhaka, sur Never-Utopia.
# © Le design graphique est l'oeuvre de la fondatrice, Nova.
Votez pour nous !
Contexte
[Le début...] Ce mois de Septembre, déjà bien froid pour cette époque de l'année, annonçait aussi la rentrée scolaire, au grand damne des moldus, au plus grand plaisir des sorciers. La reconstruction de Poudlard dura quelques temps, mais la volonté de Minerva fut sans faille. Si bien que les élèves en dernières années ont pu passés leur diplôme pour ceux qui le souhaitaient. Aujourd'hui, une nouvelle rentée dans cet immense château s'effectuera. Le trajet à bord du Poudlard Express sera empli de choco-grenouilles, de dragées surprises de Bertie Crochue, de patacitrouilles, et autres confiseries invraisemblables. À l'arrivée sur le quai de la gare, les élèves seront accueillis pas un énorme barbu ressemblant à un ours mielleux. Puis, en grimpant les quelques marches qui les sépareront de la Grande Salle, ils feront la connaissance d'une femme-chat, et un mystérieux chapeau qui scellera leur sort durant les sept années qu'ils passeront dans l'enceinte de ce château. Et vous, quelle sera votre histoire ?
Evénements
Le forum réouvre ses portes avec un nouveau design. N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez sur la shoutbox, à votre droite. Des bisous. ♥
TURN ON THE LIGHT
hogwarts is home


Partagez | 
 

 Comment ça on est pas au 3e ? [Pv Gwen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar


«Ce moment avait un goût qui mêlait délicieusement la crainte et l'envie, mais le regard que lui rendit le roux était une douce invitation, muette certes, mais ô combien criante. Depuis combien de temps laissaient-ils ce vide être entre eux, depuis combien de temps ses sentiments existaient-ils sous l'ombre de leur amitié?»

Il tourna la page.

- Rends-moi ça Terik !


Debout sur une table dans la salle commune des serpentards, Terik c'était emparé d'un livre pas très froid que l'une de ses collègues avait eu la brillante idée de laissé traîné. De sa voix la plus sensuelle il faisait la lecture à voix haute d'un passage pris au hasard et qui était délicieusement...


«Les questions, les craintes s'envolèrent. Il aurait été impossible de déterminer qui fit le premier pas, qui des deux s'avança d'abord afin de joindre ses lèvres à celles de l'autre. Jo déplaça la main qu'il eût déposé sur la joue de son ami derrière sa nuque, l'étreignant d'une passion soudainement révélée alors que ce qui n'était qu'une timide embrassade se transformait en un échange frénétique ou leurs langues se découvraient suavement.»

Elle le bouscula, tenta tant bien que mal de récupéré son bouquin tandis que certain riait de la situation et que les plus pudiques se contenaient de rougir, gêné. (Oui ça existe les pudiques chez les serpentards... duh !)  

- Allons la belle ! Des belles histoires comme ça faut les partager!
- Tu ne comprends pas !
- Ah non ?

« Une seconde main se pressa contre le dos de Frank alors qu'il avait passé ses bras autour du cou de son ami. Ce qui était doux, curieux, devint bientôt bouillant, leurs mains autrefois immobiles s'empressèrent de dévorer les corps qui se trouvaient sous eux, s'étreignant alors que leur souffle se rétrécissait, se précipitait. »

Il marqua une pause. Ami ? Ami ? Ami + ami ? il haussa un sourcil étonné.


- Jo et Frank c'est deux mecs ? Oh je ne te savais pas coquine comme ça !

Elle explosa.

- SORT. D'ICI. TOUT DE SUITE!


Il s'exécuta en riant, peu désireux de perdre sa tête aujourd'hui. Ce n'est pas comme si la salle commune était bondée de toute façon, c'était une belle journée et l'équipe de quidditch faisait ses sélections, tous étaient à l'extérieur.

Il déambula dans le château, montant des escaliers, en descendant, comme ceux-ci bougeaient, il savait plus ou moins où il était rendu. Au détour de couloir, il se retrouva nez à nez - plus ou moins, ils n'avaient pas la même taille, mais bon - avec une fille aux cheveux bleus. Il l'avait déjà vu de loin, ce n'est pas comme si tout le monde avait les cheveux bleus à Poudlard, mais ne l'avait jamais particulièrement abordé. Il eut un sourire charmé.


-  Mais que voilà une charmante rencontre.


Δ Δ Δ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
"Espèce de garce!"

Grommelais-je, alors que je froissais la lettre que je tenais entre mes doigts. Le parchemin était épais, d'excellente facture. L'écriture délicate et admirablement calligraphiée m'avait suffit à reconnaître la personne qui m'adressait ce courrier, avant même d'en avoir lu le contenu. J'avais dernièrement progressé en potions et j'avais cru bon de l'en informer. Et elle m'avait répondu. Ce n'était, évidemment, pas assez. Il fallait que je travaille plus. Comment osais-je lui envoyer un courrier pour lui faire part de l'étendue de mon ignorance? Non, vraiment, ce n'était pas la peine de la déranger à moins d'enfin parvenir à faire quelque chose de ma maigre cervelle et d'obtenir la note maximum.

Je sentais des regards sur moi, lourds d'interrogations. Alors je me laissais tomber sur mon lit et, à l'attention de mes camarades, j'agitais mon courrier dans les airs.

"Ma foutue mère ne supporte pas que j'obtienne moins que le maximum!"

Avec un grognement, je me frottais les yeux puis transformais le courrier en une boulette de papier que je lançais au-dessus de moi et j'observais Ilona, ma chouette, prendre son envol pour la rattraper. Elle se posa ensuite sur une de mes jambes, et vint quémander des gratouilles que je lui accordais volontiers, jusqu'à ce qu'elle en aie assez.

"Bon les filles, j'ai des fourmis dans les jambes, je vais faire un tour!"

Je sautais donc sur mes jambes, époussetais mon uniforme et quittais ma salle commune. Je n'avais pas particulièrement envie d'aller à la bibliothèque, alors je me laissais diriger par les escaliers tout en admirant les tableaux. Il y en avait tellement qu'on prenait rarement le temps de vraiment les regarder, et c'était bien dommage. J'étais entrain de prendre un virage dans un couloir lorsque je tombais nez à… pectoraux avec un jeune homme.

Je reculais donc d'un petit pas, pour ne pas devoir me tordre la nuque afin de le regarder dans les yeux. Je ne pus évidemment m'empêcher de sourire à sa remarque et décidais que, puisqu'il était beau garçon, il méritait bien que je lui rende la politesse.

"Certainement pas aussi charmante que la personne que j'ai sous les yeux."

Répondis-je donc, tout en profitant de l'occasion pour l'observer un peu mieux. Il me disait quelque chose dans sa physionomie. Pourtant, son nom ne me revenait pas en mémoire.

"On ne s'est encore jamais rencontrés, non? Gwendolyn Rosebury, enchantée."

Le pire dans l'histoire, si on pouvait dire ça comme ça, c'est que je l'étais vraiment. J'aimais bien rencontrer de nouvelles personnes et pour ne rien gâcher il avait l'air sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar



Elle dut reculer avant de lever sa tête et de croiser son regard. Mignonne, mignonne à souhait même. Elle avait quelque chose dans ses traits qui ne relevaient pas de la beauté habituelle ni du canon culturel anglais. Sans toutefois être exotique, elle était d'une beauté plaisante, rafraichissante. Et visiblement habile de répartie. Terik gonfla le torse sous le compliment. il était flatté bien évidemment, mais ne fallait-il pas profiter des petites choses de la vie ? Il passa une main nonchalante dans ses cheveux, les replaçant à son avantage au passage.

- Je ne crois pas avoir eu cet honneur en effet mademoiselle Rosebury.

À son nom il comprit rapidement qu'il avait à faire non seulement à une demoiselle de sang pure, mais également à une enfant d'une famille très à cheval sur l'étiquette. Le genre de personne qui a tellement de noblesse dans les veines qu'elle pourrait fort probablement en faire une overdose. Et très probablement à regarder ses cheveux bleus avait-elle justement fait une overdose de ces conventions inhumaine qu'impose la noblesse. Les Rosebury avait tendance à être du genre pet-sec et plutôt conservateur... Terik et sa soeur avaient eu la chance d'être nés dans une famille bien nantis certes, mais qui acceptait de se moquer gentiment des courbettes intellectuelles qu'ils devaient faire en présence des autres membres de leur «espèce». C'est probablement cette liberté qui avait permis aux enfants de la famille de devenir de petits troubles fêtes.

- Je suis Terik Lightstorm, séduit de faire ta connaissance, Gwendolyn.

Il lui fit un bref clin d'oeil et lui tendit sa main, paume vers le haut, invitant la demoiselle à y déposer la sienne dans l'intention d'y faire une baise-main. L'étiquette et les veilles manières avaient leur charmes à leur façon.




Δ Δ Δ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
Je ne pus empêcher un petit sourire en coin de venir étirer mes lèvres lorsque le jeune homme insista sur le mademoiselle. S'il était vrai qu'en temps que membre de ma famille je me devais d'être très à cheval sur l'étiquette… J'avais appris à lâcher du lest au sein de l'école. Je ne pouvais quand même pas demander à mes camarades de m'appeler mademoiselle?! Et puis toutes ces politesses, auxquelles j'avais tenu lors de mon arrivée ici, avaient instauré des barrières entre moi et les autres membres de ma maison. Au départ, ça m'avait plu, évidemment, mais d'obtenir qu'ils m'appellent juste Gwendolyn, voire Gwen pour certains, avait été un véritable soulagement.

"Si ma très digne mère avait été présente…" commençais-je, en déposant délicatement ma main dans la sienne "elle vous aurait accusé de gravement manquer à vos bonnes manières, quoiqu'on ne puisse s'attendre à autre chose de la part d'un Lightstorm."

J'avais imité, plutôt bien à mon avis, le petit air pincé que prenait ma mère lorsqu'elle faisait des reproches. Puis, je lui adressais un sourire malicieux accompagné d'un petit clin d'oeil avant de reprendre sur un ton nettement plus léger.

"Mais ne t'avise pas de me vouvoyer, j'aurais l'impression d'être aussi vieille et aigrie qu'elle!"

Un Lightstorm… Quand je vivais encore chez mes parents la plupart du temps, j'entendais de temps à autre parler de cette famille pas tout à fait comme les autres. Mes parents désapprouvaient tous les deux la façon dont ils se comportaient –aussi bien les adultes que les enfants- et, à l'époque, je désapprouvais aussi. Mais maintenant, je voyais les choses d'un autre angle et je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'il devait être bien plus facile de vivre avec leur famille qu'avec la mienne.

"Il est rare de trouver des élèves de Serpentard aussi haut dans les étages en dehors des cours, que me vaut la joie et l'allégresse d'avoir pu faire ta connaissance?"

Bon… OK, ce n'était pas la tentative de discussion la plus intelligente au monde, d'autant plus que j'étais moi-même haut des les étages compte tenu de l'emplacement de ma salle commune. Mais il fallait bien commencer quelque part, non? … Non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar


La chaleur de la main déposée dans la sienne le surprit, mais il n'en laissa rien paraître, se contentant d'y déposer un convenable baise-main sans interrompre leur regard. Les femmes n'avaient-elles pas les mains froides ? Décidément, cette Rosebury n'était pas comme les autres, et pas besoin d'une chevelure azure pour s'en apercevoir, elle avait à elle de subtiles nuances dans sa personnalité qui faisait d'elle une femme complexe et unique. Il rit poliment à l'évocation des normes de sa famille et à l'air pincé. En effet, sa famille avait ce renon de ne pas faire les choses comme les autres, pour le meilleur pour certain qui voyait cela comme un brin de fraicheur dans la lourdeur de la noblesse, ou pour le pire comme pour les Rosebury plutôt attaché aux traditions.

Il ne put s'empêcher d'être flatté lorsqu'elle lui fit in clin d'oeil. Son goinfre d'égo était particulièrement servi en ce moment.

- J'en prends bonne note ! dit-il toujours sur de son air enjoué d'être en bonne compagnie. Il se triste de faire sentir vieille une jolie fille comme toi!

Elle lui demanda ensuite ce qu'il faisait à déambuler hors de la salle commune des serpents, ce repère fantastique dans les profondeurs château. Terik n'avait jamais compris la frayeur que certains se faisaient face à cet endroit. Oui bon certain serpentard faisait en sorte que la maison ait une mauvaise réputation, mais tout de même, leur chambre commune n'était pas une maison hantée! Certes le calmar géant venait parfois leur rendre visite, mais c'était plus époustouflant qu’effrayant.

Mais bref il s'égarait. Un sourire fier se traça sur son visage alors qu'il se remémorait le coup qu'il venait tout juste de faire.

- Une jeune camarade à laisser trainer ses lectures personnelles à la vue de tous... J'avais commencé à en faire la lecture à tout le monde mais ça ne semblait pas particulièrement lui plaire comme idée... et comme je tiens à ma vie je suis sortie avant que ma tête se retrouve sur un pic.

Il observa tout autour de lui et fronça les sourcils.

- Et en fait j'ai aucune idée de où je suis en ce moment.



Δ Δ Δ



Dernière édition par Terik Lightstorm le Lun 25 Avr - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
En quelques instants à peine, je vis son visage s'illuminer de fierté, alors qu'il me racontait le mauvais tour qu'il avait joué à l'une de ses camarades. Je ne pus m'empêcher de pouffer en imaginant la pauvre fille lutter pour récupérer son ouvrage.

"Quelque chose me dit que ce n'était pas un simple roman d'aventures, si elle était prête à planter ta jolie tête sur une pique!"

Au moins un roman d'amour. Qui sait… peut-être même avec quelques passages croustillants? Il m'arrivait moi-même d'avoir ce genre de lectures, mais elles étaient toujours soigneusement dissimulées pour justement éviter ce genre de mésaventures. Son aveu, à savoir qu'il ignorait où il se trouvait, me fit hausser un sourcil.

"Hum… Laisse-moi un instant et je te dis ça."

Je jetais un coup d'œil aux tableaux autour de nous, dans l'espoir d'en apercevoir un que je reconnaîtrais. Il fallait dire que c'était le moyen le plus sûr de se repérer, étant donné que les salles aimaient se promener et que les escaliers étaient des plus capricieux. Mon visage s'éclaira lorsque mes yeux tombèrent sur le paysage où la Grosse Dame avait été retrouvée après que Sirius Black ait tenté de s'introduire dans le dortoir des Gryffondor.

"Là, regarde! On est au quatrième étage!"

Fis-je, en désignant le tableau en question à Terik. Etage de la bibliothèque, donc. Je n'avais pas plus envie d'y aller que tout à l'heure, et même encore moins puisque j'étais maintenant en charmante compagnie, ce qui n'était guère compatible avec le silence imposé au milieu des livres.

"Est-ce là ta principale occupation, te perdre en fuyant tes camarades après les avoir embarrassés? Ou as-tu d'autres hobbies mon répréhensibles, d'ordinaire?"

Evidemment, c'était loin d'être méchant. C'était juste pour le taquiner un peu et, aussi, essayer d'évaluer jusqu'où il supportait qu'on l'embête gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar


- Oh c'était un genre d'aventure, mais pas ceux de cape et d'épée. Il ponctua sa phrase d'un haussement de sourcils suggestif.

Il observa autour de lui, se demandant bien sur quel repère l’esprit de Gwen s’accrochait pour réussir à se repérer dans ce vaste château. Terik était de ceux qui n’apprennent ni réellement leur cours et leur horaire avant le dernier mois de l’année. Il se contentait de suivre quelqu’un qui dans son groupe d’amis avait mémorisé tout cela. Bref, Terik n’était rien de moins qu’un parasite. La jeune fille lui pointa un tableau. Il cligna des yeux sans comprendre mais n’en tint pas compte davantage. 4e étage. Il fut surpris.

- Si haut ? Dans mes souvenirs j’avais descendu des marches!

Il tenta de se rappeler le tableau, se disant qu’ainsi, la prochaine fois qu’il le verra il comprendrait qu’il était au 4e étage. Une grosse dame dans un décor aux accents grecs s’éventait à forte allure.

- J’ai plusieurs occupations, mais mis à part la bonne compagnie, j’ai bien peur que nombre d’entre elles ne soient effectivement répréhensibles.

Il sourit en y songeant, entre la revente de produit Weasley à l’intérieur de l’enceinte, son amour pour la chair et l’ivre débauche, on pouvait dire qu’il était sage quant à ses études puisqu’il prenait la peine de s’appliquer, mais ses loisirs étaient loin de se contenter de parties de dames.

- Et encore la bonne compagnie, parfois ça mène à faire des choses pas très sages.


Il eut un sourire coupable. N’était-il pas présentement en bonne compagnie ?

- Mais ne devrais-je pas m’abstenir de conter mes mauvais coups en public ? Qui plus est à une Rosebury ? Ta mère pourrait bien faire bannir ma famille de la noblesse!

Il rit de bon cœur. Il n’aurait qu’à faire ses yeux doux comme à son habitude et on démentirait toutes les rumeurs à son propos. Voyons donc ! Terik ? Mais non il est à Serpentard vu son ambition ! Voyez donc les bonnes notes qu’il ramène !

- Et donc, suis-je face à une rapporteuse ou une partner in crimes ?



Δ Δ Δ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
"Tiens donc?"

Répliquais-je, avec mon plus bel air innocent, lorsque Terik évoqua le fait que l'on puisse faire des choses pas très sages en bonne compagnie. J'étais évidemment au fait de ce qui pouvait se passer entre jeunes gens, depuis les virées aux cuisines jusqu'au vol d'ingrédients, en passant par des activités nécessitant au moins deux personnes généralement de sexe opposé et un lieu discret. Je n'avais, à mon grand regret pour le premier, jamais pratiqué aucun des trois.

"Etant donné que même cela ne me permettrait pas de revenir dans les bonnes grâces de Madame ma mère, je m'abstiendrais afin de ne pas me retrouver privée de ta très agréable compagnie."

De plus en plus, je me surprenais à penser qu'il n'y avait sans doute plus rien à faire pour combler le fossé qui s'était creusé entre mes parents et moi. Ils ne me comprenaient pas, et je ne les comprenais plus. Ils disaient m'aimer et, pourtant, mes désirs passaient en dernier. D'abord la noblesse, puis la famille, puis mes parents et enfin, éventuellement, s'il restait quelque chose, moi. Depuis ma répartition, ni l'un ou l'autre de mes géniteurs n'avait accepté d'interrompre une activité afin de passer du temps avec moi.

Terik me tira heureusement de mes pensées, en me demandant si j'étais une rapporteuse ou si j'avais, moi aussi, des activités répréhensibles. Je pris un très court instant pour passer en revue mes années de scolarité, histoire de trouver une bêtise quelconque.

"Eh bien… J'ai peur de n'être ni l'une ni l'autre. Je ferme les yeux sur les actes de mes camarades, mais ne les aide pas pour autant… quant à commettre ce genre d'actes de moi-même…"

Puis, joignant mes mains dans mon dos, je fis un pas vers lui et levais donc la tête pour le regarder droit dans les yeux.

"Bien que je ne voie présentement pas l'intérêt de contrevenir au règlement ou aux bonnes mœurs, nul doute que je pourrais y parvenir avec un professeur capable de m'expliquer en quoi tout cela est si palpitant!"

Non, je n'essayais pas de recruter Terik. Loin de moi cette idée, mais j'aimais bien celle de le taquiner un peu. Encore que je ne soie que très peu crédible, qui diable sur cette terre voudrait essayer d'encanailler une Rosebury? C'était un coup à se retrouver avec toute ma famille sur le dos, chose que je ne conseillais à personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar

Il fit une petite référence, ne quittant le regard de son interlocutrice qu'un faible instant, histoire de détailler la couleur de ses chaussettes.

- Ce serait un honneur de t'initier chère apprentie.
Il ponctua sa phrase d'un sourire convivial, déjà enthousiaste à l'idée d'entraîner une sage petite noble- M'enfin sage, elle avait les cheveux bleus déjà- vers les affres de la plaisanterie.

Il se redressa, replaçant au passage ses cheveux blonds d'une main nonchalante. Galanterie et bon goût étaient sa marque de commerce après tout, qui sait peut-être donnerait-on son nom à une marque de thé un jour?

- Cela dit, tu dois d'abord savoir qu'une fois que l'on goûte à l'interdit, il est bien difficile de s'en passer.


Il marqua une pause. Ses yeux s'attardèrent sur le tableau d'un banquet particulièrement arrosé ou des hommes à l'air important se faisaient servir de copieux repas par leur serviteur ou leur esclave. Terik n'aurait su le dire et il n'était pas sûr que leur demander soit la plus brillante des idées non plus.

- Un peu comme l'ivresse qu'apporte l'hydromel, du genre, t'es pas qu'ivre, t'es ivre avec de la classe !

Un homme du tableau sembla lui lever son verre et Terik lui fit un signe de la main complice.

- Et encore là, rien ne goûte meilleur que d'unir ces vices ! L'inspiration de l'ivresse et l'adrénaline de l'interdit !

Un regard rêveur illumina son visage, c'était de la comédie, dans les faits le visage de Terik ne s'illuminait plus tant depuis la guerre, mais il avait réussi à imiter cette expression. Qu'on le croit encore bon vivant et en parfaite santé dans sa caboche. Il est vrai toutefois qu'il gardait cette nostalgie, de cette époque où il n'était pas brisé, de cette époque où de faire exploser la marchandise des Weasley dans les cabinets des toilettes suffisait à le faire pleurer de rire.

- N'empêche ! Si bien que je meure d'envie d'être ton professeur personnel - il s'appuya d'un clin d'oeil- je ne t'amène pas sur cette pente glissante sans ton plein consentement, il en va de soi.


Δ Δ Δ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
Inutile de préciser que j'étais surprise. J'avais lancé une boutade, rien de plus, mais voilà que Terik me faisait bel et bien une proposition. Je l'écoutais attentivement, tandis qu'il m'avertissait contre le côté addictif de ce qu'il appelait l'interdit. Sa tirade sur l'hydromel me parut plus obscure, ce qui me tira un léger haussement de sourcil. Mon esprit avait du mal à associer les termes "ivre" et "classe". Pour moi, être ivre manifestait un grave manque au savoir-vivre et devait être considéré comme une honte. Alors que lui… il en parlait comme quelque chose d'amusant. Ne doutant pas que mon éducation des plus strictes devait jouer sur ma vision des choses, je choisis de m'abstenir de tout commentaire. Après tout, pourquoi risquer de le froisser quand j'étais obligée d'avouer que je ne connaissais rien de l'ivresse, ni même de l'alcool? Malgré l'insistance de mes amis, je n'avais même jamais goûté à la bièrraubeurre. C'était l'un des rares interdits de mes parents que je respectais encore.

"Glissante, dis-tu?"

Encore un peu et il m'aurait faite rougir avec son clin d'œil. Jusque là, je pensais gentiment le refouler, en lui expliquant que ça n'avait rien été de plus qu'une petite plaisanterie mal amenée. Sauf que sa proposition avait presque un air de défi. Que faire? L'idée de le relever était terriblement excitante, et j'avais envie de le faire, mais j'avais un peu peur, j'étais bien obligée de me l'avouer. Que diraient mes parents, s'ils l'apprenaient? Serais-je définitivement mise à l'écart de ma famille?

Je baissais légèrement les yeux et inspirais dans le but de refuser, lorsque je me souvins de la lettre froissée que j'avais abandonnée sur mon lit. Je dû prendre une nouvelle inspiration pour ne pas laisser la colère m'envahir de nouveau et, sitôt cela fait, je redressais la tête pour regarder Terik droit dans les yeux.

"Penses-tu vraiment que tes petites transgressions suffiront a faire glisser une Rosebury dans la décadence?"

D'un geste probablement un peu trop familier, mais je ne doutais pas qu'il ne me dirait rien à ce sujet, j'avançais une main pour lisser un pli qui s'était formé sur son torse. Je pouvais presque entendre mes parents que ce n'était pas digne d'une jeune fille respectable. Mais je n'avais plus envie d'être si respectable. J'avais envie de m'amuser. Malgré mes efforts, pourtant considérables, ils étaient toujours mécontents. Autant leur donner une raison valable.

"Apprends-moi, Terik. Et observe-moi rester tout en haut de la pente."

Je souriais, les yeux brillants. J'avais hâte de commencer mes leçons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFFLEUR BRÉSILIEN
Messages : 16
Localisation : Maple Land
avatar


Son soi intérieur fit une petite danse de la victoire. Nananana nèhreuh ! Une Rosebury qui veut gouter à la liberté des Lightstorm en s'imaginant qu'elle pourra réussir à demeurer la tête hautaine hors des délicieuses affres de son monde. Terik allait lui montrer qu'elle avait tort. Bien évidemment. Terik avait raison, Terik a toujours raison.

Il lui tendit une main invitante, prêt à sceller leur contrat.

- J'aurais plutôt tendance à croire, chère amie, qu'une apprentie telle que toi glisserait si bas qu'elle dépasserait son maître.


Sur de lui, pour ne pas dire trop sur, voyons cela reviendrait à attribuer de la prétention à Terik, il attendait qu'elle lui serre la main afin de sceller leur contrat. Son soi intérieur balançait joyeusement des bras en tournant en rond, criant à tue-tête * Je vais être senseiiiiiiii ! Wouhou !* La paume de sa main légèrement tourné vers le haut, il aurait aussi bien pu être Aladdin cherchant à convaincre Jasmine d'embarquer sur son tapis volant. Quel moyen de transport traitre... M'enfin tout ce qui volait un tant soit peu était forcément un peu traitre. Les sorciers ont des jambes, ce n'est pas pour rien.

- Mais apparemment l'on veut me prouver que j'ai tort...

Il eut un haussement de sourcil, trahissant l'excès de fierté qui s'échappait des ports de sa peau. Juste avec ses phéromones, ils auraient pu être un point de rassemblement pour tous les serpents du château. Déjà son esprit planifiait la stratégie infaillible qui allait conduire la jeune poufsouffle aux cheveux bleuté dans le monde merveilleux qui était le sien. Un peu comme le monde des lutins qui piège des tours partout. Terik était peut-être un lutin tout compte fait.

- Je n'attends que cela, mademoiselle Rosebury.




Δ Δ Δ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MOUFFETTE DES PRÉS
Messages : 37
avatar
"Une Rosebury plus bas qu'un Lightstorm? Ce serait du jamais vu dans l'histoire de nos familles."

Répliquais-je, du tac au tac, lorsqu'il suggéra que je pourrais le dépasser. Cela ne m'empêcha évidemment pas de serrer sa grande main pour sceller notre accord. Plutôt que ma poignée de main habituelle, légère et délicate comme il se doit d'une jeune fille de bonne famille, j'avais préféré quelque chose de plus ferme et plus énergique. Je n'avais pas à flatter son égo en me positionnant sous sa domination, comme ma mère m'avait enseigné à faire avec tous les hommes. Elle m'avait toujours dit et répété que je devais m'efforcer de paraître douce, délicate, presque effacée. Tout cela pour mieux mettre en valeur, conseiller et soutenir "l'homme de la famille".

Mais c'était terminé, en tout cas face à Terik. J'allais lui montrer de quoi j'étais faite, et lui montrer ce que venir d'une grande famille voulait dire.

"J'attends ma première leçon pour cela, professeur!"

Avec un grand sourire, je passais une main nonchalante dans mes cheveux pour les remettre en place. S'il était vrai que j'étais impatiente, je ressentais néanmoins une vague inquiétude qui me faisait légèrement contracter le ventre. J'ignorais ce que le jeune Lightstorm allait m'apprendre et il était donc logique que j'appréhende un peu.

Mais j'étais résolue. Cela ne m'aiderait sans doute pas à résoudre mes problèmes mais cela aurait le bénéfice de m'occuper agréablement et en charmante compagnie qui plus est. J'hésitais presque à écrire à ma mère juste pour le plaisir de la contrarier, mais mieux valait que je m'abstienne : elle avait la rancune tenace, et un nombre assez affolant de moyens de me pourrir la vie.

"Par quoi commencerons-nous?"

Et surtout : quand commençons-nous? J'espérais presque que la première leçon commencerait immédiatement, parce que j'avais peur de ce qui pourrait arriver si j'avais le temps de réfléchir à ce que je venais de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Comment ça on est pas au 3e ? [Pv Gwen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Mais comment Moto GAto va faire pour gagner maintenant?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Turn on the Light :: LE CHÂTEAU :: Premier Étage-